L’aluminium dans les vaccins, au cœur de la polémique

man holding syringe

Les effets néfastes de l’aluminium contenu dans les vaccins sur la santé ne sont pas nouveaux. On trouvera ici un exposé clair des dangers et le témoignage de patients qui portent plainte. Un dossier terrifiant et… Fascinant.

Le traitement de trop sur les patients

En France, un peu plus de mille cas de myofasciite à macrophages ont été identifiés depuis 1998. En raison de la méconnaissance de cette pathologie par le corps médical, ce nombre est largement sous-estimé. Sur la base de certaines constatations, il est possible que cette pathologie touche plusieurs centaines de milliers de personnes : Le syndrome de fatigue chronique (SFC), également appelé encéphalomyélite myalgique, touche 2 % des Occidentaux (ME-CFS). Cela équivaut presque à 1,2 million de citoyens français.

Lire également : Travail collaboratif : Dynamiser votre équipe et stimuler la performance

Ce groupe est desservi par les centres nationaux de référence des maladies neuromusculaires, dont fait partie l’hôpital Henri Mondor. Lorsqu’ils sont à jour de leurs vaccinations, environ 30% des patients ME-CFS qui consultent à l’hôpital Henri Mondor sont atteints de MFM. Évidemment, ces faits ne peuvent pas être extrapolés directement, mais ils fournissent une échelle.

Des estimations très inquiétantes

Les sels d’aluminium provenant des vaccins continuent d’influer sur ces personnes. Pour une partie de la population, une vulnérabilité héréditaire expliquerait cette inclinaison. Selon les recherches, ce groupe démographique n’est pas encore connu comme étant à risque. La fatigue chronique, les douleurs musculo-squelettiques et articulaires sévères et les troubles cognitifs sont tous présents chez les patients. Pour les plus jeunes, environ 80% d’entre eux ont dû interrompre leurs activités professionnelles ou académiques et sont reconnus comme incapables par les autorités compétentes.

En parallèle : Investissement socialement responsable: Allier rentabilité et impact positif

Les conséquences de l’utilisation des mauvais vaccins

Le public doit recevoir la vaccination DTPolio®. Ce DTPolio sans aluminium, vieux de plus de 40 ans, a été interrompu pour des raisons arbitraires depuis 2008. Cette vaccination peu coûteuse n’a jamais été réintroduite sur le marché. En raison de cette interruption, plusieurs personnes ont maintenant reçu le diagnostic de MFM.

Elles ont reçu d’autres vaccinations qui contenaient des adjuvants à base d’aluminium. Si l’Agence pour la sécurité des médicaments avait insisté pour que ce DTPolio sans aluminium soit remis sur le marché, ces effets secondaires catastrophiques de la vaccination auraient pu être évités. L’Agence était consciente qu’un certain terrain présentait des menaces pour une population.